CHAPITRE 3 Quand tout commence à dérailler !

Le macrophage adapte son phénotype à son microenvironnement (nature et amplitude des signaux reçus).

Cependant, dans certaines conditions pathologiques, les signaux produits localement confèrent aux macrophages un phénotype non adapté (réponse excessive ou incomplète).

Les macrophages vont ainsi participer activement au processus pathologique qui peut évoluer vers la chronicité.

L’inflammation chronique

La réaction inflammatoire se caractérise par une accumulation locale des leucocytes. Elle participe à la réaction immunitaire normale et s’interrompt lorsque le signal d’activation disparait.

Si l’agent causal n’est pas éliminé, l’inflammation évolue vers la chronicité - cercle vicieux de recrutement et d’activation des cellules immunitaires.

Les causes de l’inflammation chronique sont multiples. Souvent d’origine exogène (infection, polluants chimiques, agents physiques), les agents favorisant l’inflammation peuvent être d’origine endogène (maladies autoimmunes). Ce processus peut conduire à la destruction des tissus.

La fibrose

La résolution de l’inflammation s’accompagne d’une réparation du tissu inflammé. En cas d’inflammation chronique, la phase de résolution n’intervient pas et le processus de réparation est permanent.

La réparation devient alors anarchique et génère un tissu fibrotique par accumulation d’un tissu conjonctif (tissu de soutien et de remplissage). Ce processus conduit à une perte progressive des fonctions du tissu.

Le macrophage joue en rôle central en participant à l’inflammation chronique et à la génération de myofibroblastes, responsables du dépôt de collagène (cicatrice).

Ce projet de recherche a ainsi permis de mettre en évidence des marqueurs biologiques de la fibrose, ouvrant la voie vers de nouvelles cibles diagnostiques et/ou thérapeutiques.

Le Cancer

Le cancer est la conséquence de la prolifération non contrôlée de cellules tumorales qui altèrent les fonctions du tissu touché.

Les macrophages s’accumulent dans les tumeurs et acquièrent un phénotype protumoral.

Ces macrophages produisent des facteurs indispensables à la croissance des cellules tumorales et des vaisseaux sanguins. Ils participent à l’inflammation chronique nécessaire à la croissance tumorale et à la mise en place d’un environnement immunosuppresseur qui empêche l’action des cellules tueuses.

L’objectif est alors de comprendre les mécanismes moléculaires impliqués afin de restaurer une réponse immunologique pour combattre le cancer.